Sourire mode d'emploi

Parce qu’aujourd’hui avoir un beau sourire est possible pour tous, votre chirurgien-dentiste est heureux de vous offrir ce magazine.
Prévenir les caries, faire face au vieillissement des gencives et des dents, corriger des défauts… découvrez dans ces pages comment l’art dentaire s’est enrichi de multiples innovations qui vous permettent aujourd’hui de conserver ou retrouver votre sourire.
Vous y trouverez toutes les informations nécessaires, pour vous aider à mieux comprendre les soins que vous propose votre chirurgien-dentiste.
Vous y apprendrez aussi comment garder votre bouche saine et la préserver, avec une multitude de conseils pratiques. Alors, n’hésitez pas à parcourir ces pages, et à demander des précisions à votre chirurgien-dentiste, il pourra vous éclairer sur les possibilités de traitement adaptées à votre cas.
Bonne lecture

Feuilleter   -   Télécharger

Vos questions, nos réponses

Pour vous aider à y voir plus clair, retrouvez les questions les plus fréquemment posées... et nos réponses !

  • Cela fait-il mal d’aller chez le dentiste ?

    L’adage « mieux vaut prévenir que guérir » est particulièrement valable en ce qui concerne la santé bucco-dentaire. Mieux vaut consulter et agir le plus tôt possible, plutôt que d’attendre et de prendre le risque de complications.
    La peur de la douleur est légitime, elle n’est pas honteuse et il ne faut pas hésiter à en parler dès son premier rendez-vous avec son chirurgien-dentiste. Le chirurgien-dentiste répondra à vos questions et saura vous proposer les solutions les plus adaptées : préparation pédagogique, hypnose, relaxation, gaz calmant, anesthésie…
    Bien sûr, les dents peuvent être très douloureuses (notamment en présence de caries) et les gencives, zone riche en terminaisons nerveuses, constituent un point particulièrement sensible du corps humain.
    Il faut savoir que les progrès technologiques et les avancées scientifiques ont considérablement fait reculer la douleur chez les patients ces dernières années : le matériel est de taille plus réduite, plus précis, plus efficace…
    Enfin, il ne faut pas oublier que la source de la douleur n’est pas le soin prodigué par le dentiste, mais la maladie elle-même !
  • Comment prévenir les caries ?

    Les bactéries de la plaque dentaire se nourrissent des déchets alimentaires. En présence de sucre, elles sécrètent des acides, qui attaquent l’émail des dents, jusqu’à y créer une cavité : la dent est cariée.
    La première bonne pratique à observer est une bonne hygiène, c’est-à-dire une l’élimination des déchets, avec un brossage des dents efficace (après chaque repas, surtout celui du soir). Le nettoyage des dents commence dès le plus jeune âge. A l’âge adulte, le brossage est complété par l’utilisation du fil dentaire.
    Il est recommandé de ne pas grignoter entre les repas, et d’éviter sodas, boissons sucrées et aliments à base de sucre.
    Il faut veiller à un apport suffisant en fluor.
    Il faut impérativement consulter régulièrement son dentiste, pour soigner, mais aussi pour détecter toute apparition. Chez les enfants, les sillons à risque peuvent être repérés par le chirurgien-dentiste, et bouchés par la technique du scellement.
  • Faut-il remplacer une dent manquante ?

    Une dent manquante non remplacée aura de graves conséquences sur les dents voisines et antagonistes.
    Les dents inférieures et supérieures s’emboîtent selon un agencement équilibré qui garantit la bonne stabilité de l’ensemble, ainsi que certaines fonctions, comme l’auto-nettoyage des dents, par la mastication. La fin de cet auto-nettoyage entraîne l’apparition de tartre et de caries.
    Les espaces laissés vacants entre les dents favorisent l’accumulation de détritus alimentaires, la formation de plaque dentaire et de tartre, et en conséquence le risque de caries ou autres problèmes pour les dents ou les gencives.
    Une dent manquant dans l’arcade inférieure impliquera la disparition du support pour la dent supérieure, qui va s’affaisser faute d’appui.
    Les dents adjacentes à un espace vide vont venir se coucher, ce déplacement pouvant aller jusqu’à la dislocation.
    A ces conséquences et aux pertes de fonctionnalités qu’elles impliquent (mastication, élocution…) se rajoute un évident préjudice esthétique.
    Pour éviter cette perturbation générale, il est indispensable d’envisager avec son dentiste les meilleures solutions pour procéder sans délai au remplacement de toute dent manquante ou extraite, même s’il s’agit d’une dent peu visible.
  • Comment consolider une dent dévitalisée ?

    Suite à une carie ou un traumatisme, la dent a pu être dévitalisée par le chirurgien-dentiste. La pulpe en a été retirée et remplacée par des produits antiseptiques. Privée de sa vitalité, cette dent est devenue très fragile. Si elle venait à se briser, il faudrait l’extraire en totalité. C’est pourquoi il est nécessaire de la consolider. Si la dent est très abîmée, il faudra avant tout procéder au renforcement de sa structure par la pose de tenons voire d’un inlay-core. L’extérieur de la dent sera protégé de façon durable et efficace par la pose d’une couronne. La couronne est réalisée sur mesure en laboratoire par un prothésiste à partir d’une empreinte prise par le chirurgien-dentiste.
    Une fois la couronne posée, la dent va retrouver l’intégralité de ses caractéristiques fonctionnelles
    et bien sûr son apparence saine. La pose d’une couronne est une opération courante qui ne nécessite pas d’anesthésie.
  • Quelle est la durée d’une vie d’une couronne ?

    S’il n’existe pas de limite théorique, il est admis que la couronne peut avoir une durée de vie limitée, pouvant aller de cinq ans à une quinzaine d’années. La couronne peut se desceller et tomber.
    La durée de vie va dépendre de plusieurs facteurs, dont :
    - le matériau utilisé (céramo-métallique, céramique, résine composite…)
    - les habitudes orales. Sont ainsi à éviter le grincement des dents, le rongement des ongles, le contact avec des éléments durs, aliments collants (caramel) ou trop solides (glaçons), etc.
    - l’hygiène bucco-dentaire. Dents et gencives doivent être minutieusement et régulièrement nettoyées. Il ne faut pas oublier que des maladies peuvent se déclarer sur la partie de la dent qui se trouve sous la couronne. Une dent dévitalisée peut-être sujette aux caries - même si la douleur sera imperceptible.
    La visite de contrôle permet de détecter toute nouvelle affection, ainsi que de diagnostiquer le caractère usagé d’une couronne. Il sera alors important d’enlever la couronne afin de procéder à son remplacement. Conserver une couronne mal ajustée, c’est prendre le risque de caries infiltrées ou d’un déchaussement. Un examen de routine est conseillé deux fois par an.

Définitions

  • Abcès

    L’abcès dentaire est une infection bactérienne au niveau de la dent, pouvant diffuser au niveau des tissus et de l’os qui l’entourent. Il a pour symptôme principal le déclenchement d’une douleur vive et lancinante, parfois accompagnée de fièvre ou de gonflement au niveau de la bouche. Infection fréquente, l’abcès doit être traité sans faute sous peine de prendre le risque de complications dangereuses.
  • Amalgame

    Un amalgame dentaire est un mélange de mercure et d’autres différents métaux (argent, étain, cuivre, zinc). Solide et durable, le matériau obtenu est utilisé pour les restaurations des cavités, et, de ce fait, dans le traitement des caries.
  • Blanchiment

    Le blanchiment est une technique consistant à modifier la couleur de la dent dans un but esthétique. Pour un blanchiment externe, l’éclaircissement des dents est obtenu par application d’une substance, en règle générale du peroxyde d’hydrogène (dont la solution aqueuse est connue sous l’appellation « eau oxygénée »). La réaction chimique libère de l’oxygène, dont l’action blanchissante est notable.
  • Bridge

    Le bridge est un dispositif conçu pour remplacer une ou plusieurs dents manquantes. Comme son nom l’indique, le bridge a la forme d’un « pont » . Celui-ci est fixé sur les dents solides adjacentes aux dents absentes, qui font office de piliers.
  • Bruxisme

    Phénomène essentiellement nocturne, le bruxisme se caractérise par une contraction involontaire des muscles des mâchoires, les dents se serrant alors de manière excessive. Outre les grincements de dents caractéristiques, les symptômes peuvent prendre la forme de douleurs dans la mâchoire ou de maux de tête au réveil. Outre une évidente perturbation du sommeil, pour soi-même et pour ses proches, le bruxisme entraîne notamment une usure prématurée des dents, augmentant leur sensibilité ainsi que le risque de fractures ou d’autres dommages. Un traitement s’impose.
  • Carie

    La carie dentaire est une maladie affectant les tissus durs de la dent et entraînant la formation de cavités. Elle est provoquée par les attaques acides des bactéries. Les tissus affectés subissent une déminéralisation progressive, évoluant jusqu’à une infection douloureuse de la pulpe par les bactéries. Quand le nerf de la dent est atteint, la douleur est très vive. Il est nécessaire de procéder à son extraction, et à une désinfection des racines. Il ne faut pas prendre le risque de subir les complications d’une carie non soignée, et consulter dès le moindre excès de sensibilité et bien sûr dès la moindre douleur.
  • Céramique

    La céramique est le matériau utilisé pour la réalisation des éléments de consolidation d’une dent dévitalisée, en particulier les couronnes et les inlays. Il s’agit d’un produit de synthèse hautement résistant dont l’apparence se rapproche de celle de la dent naturelle, tant au niveau de la teinte que du caractère translucide : ne comportant pas de composés métalliques, la céramique a la transparence suffisante pour laisser circuler la lumière à travers la couronne, pour un résultat très esthétique.
  • Couronne

    La couronne est un élément prothétique servant à restaurer l’extérieur d’une dent abîmée. La prothèse peut être métallique ou, beaucoup plus esthétique, céramique. Comme un chapeau, elle vient coiffer la partie visible de la dent délabrée ou dévitalisée, la protégeant de toute nouvelle agression et venant éviter le risque de fracture. Le dent retrouve en outre une forme fonctionnelle.
  • Déchaussement

    Le déchaussement a lieu lorsque des dents rendues mobiles finissent par tomber. C’est pourquoi il est nécessaire de traiter toute atteinte du parodonte, notamment les gingivites. Le risque de déchaussement peut être causé par l'accumulation de plaque dentaire et de tartre, par un brossage agressif, par une usure provoquée par un piercing ou des dents mal positionnées.
  • Dentier

    Le dentier est une prothèse amovible. L’appareil peut être « partiel », s’il reste des dents viables. Il est dit « complet » dans le cas de figure où il ne reste plus aucune dent, soit au maxillaire (la partie haute), soit à la mandibule (la partie basse), voire aux arcades du haut et du bas. Pour en éviter les nombreux inconvénients, il est recommandé de lui préférer la mise en place d’une prothèse fixée sur des implants, pour un confort optimum.
  • Dévitalisation

    La dévitalisation est un traitement envisagé lorsque un foyer infectieux menace une dent naturelle. La pulpe, dont l’inflammation est devenue trop importante, doit être retirée. Le dévitalisation est aussi nécessaire en cas de nécrose de la dent, par exemple suite à un choc. Le praticien élimine la pulpe dentaire et la remplace par un matériau d’obturation. La dent dévitalisée devient fragile, nécessitant la pose d’une couronne.
  • Facettes

    Petite coquille posée sur la face extérieure visible de la dent, la facette a pour fonction de dissimuler tout défaut de teinte ainsi que de nombreux défauts de taille, de forme et de position de la dent. Composées en matériaux fins et résistants, les facettes sont cimentées sur la dent, avec un résultat esthétique très élevé. Ce procédé est indolore.
  • Gingivite

    Provoquée par la présence de bactéries, la gingivite est une inflammation de la gencive, souvent localisée entre deux dents. En fonction du stade de l’inflammation, la gencive est rouge, puis gonflée, puis sujette aux saignements. Non traitée, la gingivite peut s’étendre voire se généraliser, et s’aggraver en évoluant en une « parodontite », c’est-à-dire une destruction de la partie osseuse dans laquelle les dents sont implantées. L’élimination régulière et minutieuse de la plaque dentaire et du tartre permettent de prévenir cette maladie.
  • Halitose

    L’halitose désigne l’affection communément appelée « mauvaise haleine ». Elle se caractérise par une odeur désagréable émanant de la bouche. Elle est dans la majorité des cas la conséquence d’un problème d’hygiène bucco-dentaire. Les odeurs sont provoquées par la décomposition par les bactéries de la bouche et de la langue des déchets alimentaires. Ce processus entraîne la production de composés volatiles sulfurés à l’odeur nauséabonde. L’halitose peut également être due à l’alimentation, au tabagisme, voire être le symptôme de maladies d’origine non bucco-dentaire.
  • Implant

    La pose d'un implant est une solution pour répondre à l'absence totale de dent. La racine manquante est remplacée par une racine artificielle. Le matériau utilisé est le titane, parfaitement toléré par l’organisme. Directement fixée dans l’os, cette petite vis devient le support d’une prothèse dentaire adaptée. La pose des implants se fait sous anesthésie locale.
  • Inlay

    L’inlay est une pièce prothétique posée dans la dent abîmée à protéger, qu’elle soit dévitalisée ou vivante. La dent abîmée retrouve ainsi son apparence d’origine. La pièce peut être en or, en composite, ou en céramique. Elle est réalisée sur mesure, à partir d’une empreinte, dans un laboratoire de prothèse.
  • Inlay-core

    L’inlay-core est une pièce métallique vissée sur un implant. Le pivot ainsi posé sert à accueillir la pose d’une couronne, opération qui aurait été impossible en présence d’un fragment de dent insuffisant ou trop abîmé. La pièce est réalisée en laboratoire par un prothésiste, à partir d’une empreinte.
  • Onlay

    Sur le même principe que l’inlay, l’onlay est une pièce prothétique posée sur la dent à reconstituer. Le matériau de fabrication peut être métallique, en composite dentaire ou en céramique. L’onlay est réalisé sur mesure, après une prise d’empreinte, par un prothésiste.
  • Orthodontie et orthopédie dento-faciale

    L'orthodontie est la discipline consistant à corriger le mauvais alignement des dents et les mauvaises postures des mâchoires. L’orthopédie dento-faciale (ODF) est spécialisée dans l’ajustement des mâchoires, notamment au cours de la croissance des jeunes patients. Le but poursuivi est à la fois esthétique et fonctionnel. Le traitement consiste à déplacer les dents en leur appliquant des forces continues pendant une longue durée, à l’aide d’appareillages spécifiques.
  • Parodonte

    Structure de maintien de la dent, le parodonte est le nom donné à la structure composée par l’ensemble des tissus, tels que la gencive, qui entourent et soutiennent la dent, lui permettant de se maintenir dans son alvéole.
  • Parodontie

    La parodontie désigne l'ensemble des soins apportés au parodonte, notamment aux gencives. En maintenant leur support en bon état de santé, on évite la perte des dents.
  • Plaque dentaire

    La plaque dentaire est le nom donné à la pellicule se formant naturellement sur l’émail des dents et sur les gencives. Elle est composée essentiellement de bactéries. Cette plaque, en se calcifiant, forme le tartre. C’est pourquoi la plaque dentaire doit être éliminée grâce à un brossage rigoureux.
  • Rage de dents

    La rage de dents est le nom communément donné à la « pulpite », c’est-à-dire l’inflammation de la pulpe dentaire. Celle-ci a le plus souvent pour cause des caries non soignées. Très douloureuse, elle exige une consultation urgente.
  • Scellement

    Le scellement est un procédé consistant à couler une résine dans les sillons des molaires ou d'autres dents vulnérables. L’obturation ainsi obtenue va jouer le rôle d’une couche protectrice. Indolore, cette intervention permet de diminuer le risque d'apparition de caries dans les dents définitives du jeune patient.
  • Tartre

    Le tartre apparaît suite au durcissement de la plaque dentaire. Le tartre doit être éliminé en procédant au « détartrage », qui est un soin spécifique. L’élimination du tartre permet de prévenir le risque d’apparition de caries, de gingivites, de déchaussement, etc.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, afin de vous proposer une meilleure expérience.